Usine Delattre-Levivier : la fin d’une épopée

Texte Gérard Gerber, d’après l’ouvrage de Lucien Geindre « Frouard et ses moulins »

Les ateliers de construction mécanique ont connu, durant un peu plus d’un siècle, une histoire animée, témoin de la révolution industrielle, aux cotés des toutes proches usines Montataire et des aciéries de Pompey.Thumbnail image

Insupportable annexion !

C’est la défaite de 1870 et l’annexion de l’Alsace Moselle qui fut à l’origine de l’installation des premiers ateliers de construction mécanique à Frouard : Christophe Munier, né en 1821, avait créé un petit atelier de chaudronnerie au village de Devant les Ponts, près de Metz, en 1849.

Ne supportant pas l’annexion, la famille Munier décida de rechercher une nouvelle implantation, au-delà de la nouvelle frontière. C’est à Frouard que le nouvel emplacement de l’atelier fut trouvé, entre ligne ferroviaire et canal de jonction, le long du chemin de l’Embanie.

Rapidement construits, les ateliers connurent un fort développement. En 1875, ils comptaient déjà 80 ouvriers.

Distinctions en série

A partir de 1882, une pleine page de publicité témoigne de l’expansion de l’entreprise, qui reçu même en 1888 une commande pour une petite partie de la tour Eiffel. Elle remporte médailles et distinctions aux expositions de Paris en 1900 et de Reims en 1903.

En 1909, ce qui était alors devenu la Société Jules Munier et Compagnie participe à l’exposition de Nancy. Elle y présente une très belle maquette au 500ème d’une installation complète de haut fourneau, pour laquelle elle obtient un grand prix. La maquette est remise au Conservatoire des Arts et Métiers de Paris.

Effort de guerre

L’usine, ainsi que le nouvel établissement créé à proximité des ateliers existants, la Société des Cylindres et Laminoirs spécialisée dans la fourniture de cylindres moulés utilisé pour le laminage, sont classés dans les établissements travaillant pour le Défense Nationale en 1914, lorsque la guerre éclate.

Les établissements Frouard et Delattre Réunis

Lorsque la paix revient, c’est le retour de l’expansion avec l’absorption, en 1919 de la société Delattre de Ferrière la Grande (nord). L’établissement qui se dénommait alors « Société pour la Construction de Cylindres Laminoir et Aciéries » devient alors « les Etablissement Frouard et Delattre réunis » comprenant la division Munier (constructions métalliques) et la division cylindres.

1958 : l’usine Delattre Levivier

Nouvelle et dernière fusion en 1958, avec les établissements Levivier, constructeur de grosse chaudronnerie à Valenciennes (Nord) et l’usine prends alors pour raison sociale Delattre Levivier. Les années suivantes marquent l’arrivée de la crise de la sidérurgie. L’usine de Frouard qui comptait 428 employés en 1976 n’en compte plus que 320 en 1979. Puis la société Chavanne Delattre, devenue filiale de Delattre Levivier, est cédée au groupe Usinor en 1981. L’usine compte alors 212 salariés.

Mais les difficultés du secteur vont en s’accroissant. Restructurations et fermetures se succèdent en Lorraine, et c’est en 1982, malgré les efforts désespérés des ouvriers soutenus par les édiles locaux, que l’usine doit fermer ses portes.